Les chats tuent la nuit

Les chats tuent la nuitRené Cardona Jr. propose dès 1972 une histoire de tueur en série des plus tarabiscotés dans l’improbable Les Chats tuent la nuit (La Noche de los mil gatos), aussi connue sous les titres français de Cats ou encore Les Griffes du démon. Il est question ici d’un riche play-boy solitaire, interprété par Hugo Stiglitz. Dragueur invétéré, celui-ci dissimule un terrible secret dans une des pièces de son château où il vit avec son intrigant serviteur nommé Dorgo. Hugo collectionne en effet des têtes de ses diverses conquêtes dans des bocaux de formol. Il se débarrasse des corps en donnant ces derniers à une armée d’un millier de chats affamés et jette au feu ce qui ne peut-être consommé…

Alors que nous suivons le quotidien ennuyeux du tueur en série séduisant différentes femmes, notamment à l’aide d’un hélicoptère avec lequel il survole de luxueuses villas à la recherche de nouvelles proies, les félins du titre se montrent bien discrets. C’est tout simplement, car ces derniers sont enfermés dans un enclos dissimulé où ils attendent patiemment leur pâtée humaine. Les meurtres se suivent et se ressemblent, et un concert assourdissant de miaulements se fait entendre lors de chaque repas, pendant que des assistants hors-champ lancent ci et là des matous apeurés devant l’objectif de la caméra. D’autres séquences confirment que les chats n’ont pas vraiment bénéficié d’un traitement de faveur sur le plateau de tournage, en particulier lors de la noyade forcée d’un de ces derniers dans une piscine.

La Nuit des mille chats

Pour l’anecdote, les chats ont été récupérés suite à différentes annonces publiées dans les journaux locaux. Selon ses dires1, si le réalisateur espérait trouver environ 1000 chats, la récolte approchait plutôt des 2000! Tous ont été abandonnés sur place après le tournage, ce qui amuse Cardona Jr. qui se plaît à imaginer que les lieux ont dû être infesté de chats pendant au moins 25 ans.

La Nuit des mille chatsMalgré qu’il soit affilié au genre horrifique, Les Chats tuent la nuit est beaucoup moins sanglant que ce à quoi nous habituera plus tard le réalisateur. Ce dernier privilégie ici le mystère qui entoure son personnage principal. Un peu trop par ailleurs, puisque nous de connaîtrons jamais les motivations qui le pousse à tuer et que sa personnalité est à peine esquissée. On y retrouve cependant une autre constante du cinéma de Cardona Jr. et de son penchant pour la nudité, ici féminine comme masculine. Un réalisateur généreux qui souhaite faire plaisir à tout le monde!

Par moment consternant tant les incohérences et les passages risibles prédominent sur le reste, par moment troublant au détour de séquences à l’ambiance macabre qui flirtent avec le malsain, Les Chats tuent la nuit peine à convaincre. Tout particulièrement en raison de son récit maladroit et de son montage, ce dernier s’égarant dans des effets de style à répétition là où il aurait mieux valu le focaliser sur la cohérence générale. Une oeuvre singulière dans la filmographie de Cardona Jr. qui signe certainement ici l’un de ses films les moins aboutis, tout du moins parmi ceux ayant connu une distribution internationale.

Différents titres et visuels utilisés pour l’exploitation du film dans les vidéoclubs français.

La Noche de los mil gatosSi le récit comporte quelques longueurs dans le montage destiné à l’international, les plus endurants peuvent cependant se tourner vers la version uncut du film, notamment disponible sur l’édition VHS mexicaine distribuée par Video Mex International.


 

Naviguer dans le dossier René Cardona Jr.

<< René Cardona Jr. et le Mex-cirque animalierWelcome to the Jungle >>
  1. Interview accordée au magazine Fangoria (#224, juillet 2003)

Laisser un commentaire